banner

Migration massive de contenus

La migration de contenus, une tâche souvent sous-estimée

Dans le cas d'une migration massive de données, il est important d'automatiser certaines tâches très consommatrices de temps, par exemple 1000 pages à migrer d'un ancien site vers un nouveau site = environ 40jours/h. 

Analyse détaillée d'une opération manuelle de migration de contenus

  • Copier le code source de la page initiale: 2min
  • Nettoyer le code source, remplacer les anciennes balises via un script: 5min
  • Coller le code nettoyé dans le nouveau système: 2min
  • Revoir la mise en forme du texte: 3min
  • Uploader les médias d'illustration sur le nouveau système: 3min
  • Associer les médias au texte: 2min 


Ce calcul simple donne environ 17 minutes par page soit 17000 minutes pour 1000 pages sachant qu'une personne qui réalise des tâches aussi rébarbatives ne sera pas productive 8h/jours, l'estimation est plutôt optimiste. Il faurait même ajouter une couche de vérification/validation, qui va ajouter 2 à 3 minutes par page pour remanier le texte et les médias sur le nouveau site.

Les étapes d'une migration massive avec KODAMA, la plate-forme sémantique

Aspirer les contenus

Avec Kodama, les contenus sont aspirés des sources existantes, soit via l'installation d'un simple plugin, soit par l'utilisation d'un robot, soit par un développement spécifique, qui se connecte aux bases de données. 

Filtrer/Trier/Oganiser 

Une fois les contenus stockés dans la base sémantique, vous organisez, filtrez via des recherches intelligentes et les facettes du moteur de recherche

Générer des flux et afficher les données

Les recherches qui retournent des résultats concluants permettent de créer un flux qui alimente votre nouveau système qui affiche maintenant les contenus des anciennes sources, via KODAMA.  Pour celà, il suffit d'installer un plugin, ou de développer une couche d'exposition de la données via votre solution de présentation du contenu. 

Peupler vos nouvelles bases

Dans le cas ou vous souhaitez alimenter de nouvelles bases et ne plus utiliser KODAMA après la migration, une simple requête permet d'utiliser les flux pour alimenter cette dernière.